Marchands à Venise

A Venise, les conséquences économiques de la monoculture touristique rendent les conditions de vie des commerçants difficiles. Beaucoup sont contraints de partir vivre en dehors de la ville historique. Ainsi, la cité passe d’une ville vivant de la pluralité de ses commerces en tout genre, à un commerce dédié au tourisme. C’est à travers le portrait et le suivi de trois de commerçants qu’Hervé Beau rend compte de cette transformation : un libraire, une maroquinière et un vendeur de souvenirs.

Scroll to top